Catégories
Podcasts Stories

HHS – Les Labels – Sugarhill Records

Sorti le 6 Septembre 1979, Rappers Delights n’a pas été le premier titre de rap a être sorti mais est considéré comme le premier hit commercial du rap qui a été l’étincelle d’une industrie à plusieurs milliards de dollars.

Le label derrière ce succès est SugarHill records. C’est le premier label de hip hop à voir le jour.

Fondé par une star du disco et son mari. Ils ont produit le groupe « The Sugarhill Gang » qui ont créé un des premier gros hit du Hip Hop : “Rapper’s Delights”.

Fast Facts

Sorti le 6 Septembre 1979, Rappers Delights n’a pas été le premier titre de rap a être sorti mais est considéré comme le premier hit commercial du rap qui a été l’étincelle d’une industrie à plusieurs milliards de dollars.

Le label derrière ce succès est SugarHill records. C’est le premier label de hip hop à voir le jour. 

Fondé par une star du disco et son mari. Ils ont produit le groupe « The Sugarhill Gang » qui ont créé un des premier gros hit du Hip Hop : “Rapper’s Delights”.

La première chanson de rap commercial, “Rapper’s Delight”, du groupe de rap Sugarhill Gang figure au Registre national des enregistrements de la Bibliothèque du Congrès américain et est introduit au Grammy Hall of Fame en 2014. Mais peu d’attention a été accordée à Sylvia Robinson, la productrice musicale révolutionnaire, directrice du label Sugarhill Records et créatrice de la première chanson hip hop à faire un crossover.

Fondation

Le couple Robinson

Sylvia Robinson, la productrice de musique révolutionnaire et la directrice du label derrière le hit est née Sylvia Vanterpool le 6 mars 1936 à Harlem, elle a commencé sa carrière en tant qu’artiste solo signée chez Columbia Records à l’âge de 14 ans avant de s’associer avec un guitariste de Louisville au Kentucky, Nicky Baker, pour former le groupe de R&B Mickey et Sylvia en 1954. 

Joe et Sylvia Robinson souriants assis à une table de restaurant en train de fumer.
Sylvia et Joe Robinson

Cinq ans plus tard, Sylvia épouse Joe Robinson. Ils fondent alors ensemble le label “All Platinum Records” en 1967.

Malgré que ce soit un label indépendant, la société, avec Sylvia à la direction artistique et à la production, a accumulé une série de tubes R&B et Pop dans les années 70.

Notamment son propre titre « Pillow Talk«  qui a dépassé le million de ventes en 1973 (#1 R&B, #3 pop).

Les débuts de SugarHill Records / SugarHill Gang

L’histoire de Sugarhill Records commence avec sa fondatrice, Sylvia Robinson, qui a été intriguée par les énormes soirées hip-hop qui ont eu lieu dans New York au milieu des années 70.

Big Bank Hank, Master Gee et Wonder Mike, les 3 membres du Sugarhill gang prennent la pose pour un photo portrait. La photo est en noir et blanc.
Big Bank Hank, Master Gee et Wonder Mike

Forts de ces succès précédents, le couple Robinson lance un nouveau label, Sugarhill Records en 1979 pour se concentrer sur la scène musicale rap / hip hop qui est alors en plein essor. Sugarhill est le tout premier label spécialisé dans le hip-hop.

Ayant l’intuition que cette musique deviendra majeure, Sylvia veut profiter de cette croissance pour sortir des disques et tourne tous ses efforts vers le nouveau label.

Sylvia Robinson, au départ a eu du mal à trouver des artistes parce que la plupart des rappeurs populaires qui se produisaient dans des clubs comme Eddie Chiba et DJ Hollywood ne voulaient pas enregistrer.  Mais elle a eu du mal à trouver des talents parce que les rappeurs et les DJ ne pensaient pas qu’il y avait un marché dans le courant dominant pour le son

Robinson réussit finalement à persuader un jeune homme qu’elle a découvert dans une pizzeria du New Jersey et deux autres rappeurs amateurs de joindre le label. Ces 3 rappeurs sont Big Bank Hank, Master Gee et Wonder Mike et forme le groupe de rap Sugarhill Gang. Le nom du groupe se nomme d’après le label qui lui même fait référence à un quartier du nord de Harlem : Sugarhill.

Le groupe enregistre les paroles d’autres MC sur l’instrumental de la chanson à succès Good Times de Chic, un groupe de disco funk très populaire. La chanson sera titré “Rapper’s Delight”, qui est le premier single de hip-hop à entrer dans le top 40 américain. En janvier 1980, « Rapper’s Delight » devient numéro quatre sur le Billboard Hot 100 et numéro un dans plusieurs pays du monde.

Grandmaster Flash and the Furious Five

Par la suite, Sugarhill Records se développe et recrute Grandmaster Flash et les Furious Five.

Grandmaster Flash and the Furious Five était un groupe de hip hop américain formé dans le South Bronx de New York en 1978. Les membres du groupe étaient Grandmaster Flash, Melle Mel, The Kidd Creole, Keith Cowboy, M. Ness / Scorpio et Rahiem. 

Portrait photo en noir et blanc du groupe Grandmaster Flash and the Furious Five
Grandmaster Flash & The Furious Five

L’utilisation par le groupe des platines de DJing, du breakbeat et des textes conscients ont été des éléments importants dans le développement de la musique Hip Hop.

À la fin des années 1970, Grandmaster Flash et les Furious Five ont bâti leur réputation et obtenu un succès local en se produisant lors de fêtes et de spectacles. En 1980, le groupe signe chez Sugarhill Records. Leur premier succès est le titre « Freedom ». Mais ce n’est qu’à la sortie de la chanson « The Message » en 1982 et de l’album du même nom qu’ils ont connaissent un succès grand public. La chanson a fourni un commentaire politique et social et est devenue une force motrice derrière le hip-hop conscient.

La chanson “The Message” est devenue la première chanson de rap conservée dans le registre national d’enregistrement par la Bibliothèque du Congrès. 

Par la suite, le label Sugarhill Records continue sur sa lancée et connait plusieurs années de succès. Sylvia produit plusieurs vidéoclips et un jeune Spike Lee réalisant son premier vidéoclip pour la chanson « White Lines » (interprété par Melle Mel et The Furious Five). Les clips musicaux de rap de Sugarhill sont alors diffusés sur le câble.

Fin du label

Un accord de distribution controversé avec MCA Records s’est soldé par un litige qui s’est prolongé, et, finalement, le label ferme ses portes en 1986. 

En 1995, Rhino Records a acheté tous les masters publiés et non publiés appartenant au label Sugarhill. 

En 2002, les studios SugarHill de la société (à l’origine appelés Sweet Mountain Studios) à Englewood, dans le New Jersey, ont été détruits par un incendie. “Rapper’s Delight”, “The Message” et de nombreux autres tubes de SugarHill y ont été enregistrés. Des bandes magnétiques des années All Platinum ainsi que des enregistrements de Sugarhill auraient été détruits durant l’incendie.

De nos jours

Bien que Sugarhill Records ne soit plus qu’un souvenir, le label a ouvert la voie à un avenir prometteur pour le hip-hop. Ils ont été le premier label à produire un clip rap (« Rapper’s Delight »), ils ont présenté le single cassette, et ils ont aussi été les premiers à diriger une émission de télévision qui montrait des vidéos rap à un moment où MTV refusait de les diffuser.

Aujourd’hui, Joe Robinson et Sylvia sont décédés. Mais ils ont participé à la professionnalisation du Hip Hop.  

Artistes signés

Le succès surprenant de « Rapper’s Delight » a été un tournant pour le hip-hop, car les rappeurs qui hésitait à sortir des disques ont été encouragés par le succès de The Sugarhill Gang, et beaucoup d’entre eux se sont rendus à Sugarhill pour enregistrer leur single. Parmi les premiers artistes remarquables du label figurent The Sequence, le premier groupe entièrement féminin de hip-hop, et The Treacherous Three, qui fut le premier groupe à mélanger hip-hop et rock-&-roll.

Grandmaster Flash & The Furious Five
Sylvia Robinson
Grandmaster Flash
The Treacherous Three
Melle Mel
Big Bank Hank
Wonder Mike

Hits & Classiques du label

Rapper’s Delight – The Sugarhill Gang (1979)

Apache (Jump On It) – The Sugarhill Gang (1981)

Funk You Up – The Sequence (1979)

White Lines (Don’t Don’t Do It) – Melle Mel (1983)

The Message – Grandmaster Flash & The Furious Five featuring Melle Mel and Duke Bootee (1982)

Waterbed Kev – All Night Long (Waterbed) (1983)

Crash Crew – On The Radio (1984)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s