Catégories
Podcasts Stories

Hip Hop Stories – Les labels – Ruthless Records


Podcast Ruthless Records – Hip Hop Stories Les Labels

I – Fast Facts

De Ruthless Records, on ne retient souvent que l’énorme impact qu’a eu N.W.A. sur la culture Hip Hop. Mais Ruthless Records c’est aussi un label qui a rassemblé beaucoup d’artistes et fait découvrir de nombreux talents hors-normes. 

Ces talents qui ont contribué à faire de ce label une formidable machine à cash. 

Au total, on compte plus d’une vingtaine de signatures en moins de dix ans d’existence active. 

Parmi elles, on retrouve les H.W.A. (pour Hoes With Attitude), Blood of Abraham (le premier groupe de rap 100% casher), le crooner Kokane, sosie vocal de Georges Clinton ou encore les Atban Klann (composés de Will.i.am et Apl.de.ap qui forment par la suite les Black Eyed Peas).

Ruthless est un label emblématique de la West Coast. Il a popularisé la G Funk et le gangsta rap. Il est une pièce importante de l’histoire du rap. Sans ce label, Death Row, G-Unit et autres Roc-A-Fella n’auraient très certainement jamais vu le jour.

II – Fondation

Fondateurs du label

Eazy-E

Portrait de Eazy-E en noir et blanc avec lunettes et casquettes
Portrait de Eazy-E

Eric Lynn Wright est né de Richard et Katie Wright le 7 septembre 1964, à Compton, en Californie, un quartier de Los Angeles connu pour ses gangs et ses activités criminelles. Son père est facteur et sa mère directrice d’école.

Wright subvient à ses besoins en dealant, une activité que son cousin lui a apprise.

En 1986, à l’âge de 22 ans, Wright compte 250 000 $ de gains issus de ses ventes de drogue. Cependant, après l’assassinat de son cousin, il décide de se reconvertir dans la scène hip-hop de Los Angeles, un genre qui grimpe à cette période rapidement en popularité. Au milieu des années 1980, il commence à faire des enregistrements dans le garage de ses parents.

Jerry Heller

Jerry Heller dans un restaurant
Jerry HellerJerry Heller

Né dans une famille juive à Cleveland en Ohio, Heller a servi dans l’armée des États-Unis et a fréquenté le collège à l’Université de Californie du Sud. Il commence à travailler dans le business du management d’artiste en 1963. 

Après avoir travaillé chez Coast Artists, Associated Booking et le Chartwell, il ouvre l’agence Heller-Fischel à Beverly Hills, en Californie. Ce business lui rapporte 1,9 million de dollars au cours de sa première année, 3,7 millions de dollars le deuxième, 5,8 dollars le troisième et plus de 7 millions de dollars sa quatrième année d’exploitation. 

Son agence représente beaucoup de stars du rock comme The Who, Pink Floyd, Grand Funk Railroad, Black Sabbath, Humble Pie et Black Oak Arkansas ainsi que des écrivains de l’époque. Il représentait aussi World Class Wreckin Cru. Un groupe d’electro funk composant Dr Dre et DJ Yella.

Création du label

En 1986, Dre qui avait rencontré pas longtemps avant Eazy E, lui demande 900 dollars pour payer sa caution. Il avait été arrêté pour cause d’amendes non payées. Eazy E accepte à la condition qu’il soit producteur du label qu’il était en train de monter.

Eazy-E se met au travail et fait venir des artistes new-yorkais, HBO (Home Boyz Only) à Los Angeles. Il loue un studio pour l’occasion pour enregistrer un morceau. Mais le problème est que le « gap » de culture est trop différent entre eux. Les rappeurs ne comprennent pas la moitié des textes écrits par Ice Cube pour l’occasion, une dispute éclate, et finalement le groupe refuse d’enregistrer.

Faute d’artistes, Dre et ses amis lui suggèrent alors d’enregistrer le morceau écrit par Ice Cube. En premier lieu il refuse, rétorquant qu’il n’est pas rappeur, puis se laisse finalement convaincre. 

Mais Eazy E n’est pas un rappeur, il enregistre avec beaucoup de mal. Il se dit qu’il aurait mis plus de 24h à enregistrer Boyz in the Hood”.

Il fait presser les disques avec l’argent qu’il récolte en dealant puis lance le single. Il obtient de bons retours.

Aussi, il provoque une rencontre avec le manager d’artiste Jerry Heller. Afin d’obtenir un rdv avec lui, il paie 750$ Lonzo Williams pour organiser la rencontre.

Suite à cela, ils montent une société et il est décidé que Eazy E empoche 80 % des revenus de celle-ci, et Heller 20 %. 

Selon Heller, il aurait dit à Wright que pour chaque dollar qui revient à Ruthless: 

“Je prends 20 %. C’est la base pour un manager de mon calibre. Je prends 20 % et tu prends 80 %. Je gère mes dépenses, et toi tu gères les tiennes. La société t’appartient. Je travaille pour toi.”

Selon Alonzo dans une interview pour Vlad TV, Jerry Heller manageait le “Wreckin’ Cru” à l’époque et Dr Dre devait être le co-propriétaire du label avec Eazy-E. Jerry devait juste s’occuper du management de Eazy-E mais le deal n’est pas allé au bout.

Wreckin' Cru, l'ancien groupe de Dr Dre
Wreckin’ Cru, l’ancien groupe de Dr Dre

Avec Heller, Éric Wright aka Eazy-E investit la majeure partie de son argent pour Ruthless Records.

III – Histoire du label

Les débuts de N.W.A

En 1986, Jinx introduit Ice Cube à son cousin Dre alors membre du groupe World Class Wreckin’ Cru. Ils deviennent alors amis. Il performe alors dans ses fêtes. Et dans le même temps, Cube fait partie du groupe Studio Crew et se fait un nom dans la scène locale notamment dans les lycées des environs. En effet, Cube et Dre sont toujours lycéens à cette époque. Studio Crew se sépare puis Cube forme un autre groupe: CIA. 

“Boyz n the Hood » comme dit précédemment a été écrit par Ice Cube avec quelques contributions d’Eazy-E. Le titre parle de grandir à Compton et décrit un lifestyle de gangster.

Le single d’Eazy-E se vend à 200 000 exemplaires. Suite au succès du single Boyz in The Hood, les N.W.A. sont formés. 

Le groupe NWA en 1989
Le groupe NWA en 1989

Leur premier single du N.W.A est Panic Zone il sort le 13 août 1987. Panic Zone est aussi présent sur l’album N.W.A. and the Posse. L’équipe est composée de DJ Train, Sir Jinx, MCChip, MC Ren, Eazy-E, Dr Dre, K-Dee, Ice Cube, Arabian Prince, DJ Scratch, Krazy Dee et Candyman. DJ Yella et The D.O.C. ne sont pas encore de l’aventure. 

La compilation NWA and the Posse fait suite le 6 novembre 1987, sur Macola Records, le premier distributeur pour le label de N.W.A, Ruthless Records. Les autres singles seront “Boyz-in-the-Hood”, “8 Ball” et “Dope Man”.

En 1987, malgré le succès de NWA Cube décide de faire un break pour aller étudier à la Phoenix Institute Of Technology. 

JJ FAD – Supersonic

Le groupe J.J. FAD
Le groupe J.J. FAD

En 1985 à Rialto, en Californie, Juana Burns (MC JB), Juanita Lee (Crazy J), Fatima Shaheed (OG Rocker), Anna Cash (Lady Anna) et Dania Birks (Baby-D) forment J.J. Fad.

Le nom du groupe est un acronyme fait de la première lettre du prénom de chaque membre. 

Plus tard Cash, Shaheed et Lee quittent le groupe, laissant J.J. Fad en duo. Les autres membres originaux (Burns et Birks) ont été rejoints par Michelle Franklin (Sassy C.) et DJ Train. 

En 1987, le groupe signe chez Ruthless Records. Le single Supersonic sort en 1988. Arabian Prince, Dr Dre et Yella produisent ce titre. Et il devient un hit underground. Il s’est vendu à 400 000 exemplaires indépendamment avant qu’Eazy et Jerry Heller n’obtiennent au groupe un contrat d’enregistrement avec Atco Records.

Le single est suivi de l’album du même nom. Il est produit par Arabian Prince. L’album a des couleurs pop et électro et est accessible au grand public (contrairement à de nombreux rappeurs de la côte ouest de l’époque). En raison de leur implication avec Ruthless Records, des crédits de coproduction ont été ajoutés pour Dr Dre et DJ Yella.

L’album du même nom connaîtra le même succès. Il sera platine et sera nominé en tant que “Meilleure performance Rap” aux Grammys Awards de 1989. Ce sera une première pour un groupe de rap féminin.

Eazy-Duz-It

Ice Cube alors âgé de 19 ans revient à Compton durant l’été 1988 après son année à la Phoenix Institute Of Technology. Le groupe produit alors l’album solo de Eazy-E : Eazy-Duz-It. Dre et Yella produisent la majorité de l’album tandis que Ice Cube et Mc Ren écrivent la plupart des paroles.

L’album sort le 13 Septembre 1988 chez Ruthless Records et Priority pour la distribution.

L’album a figuré sur deux classements différents et devient Double Platine aux Etats-Unis malgré très peu de promotion par la radio et la télévision. Trois singles de l’album sont sortis.

La production de l’album est presque exclusivement réalisée par Dr Dre et DJ Yella. Elle a été saluée par plusieurs critiques. La production de l’album fusionne le P-Funk, le hip-hop de style Def Jam et les sons électro du milieu des années 80 à Los Angeles. Tout ceci crée un style dense, funky et tout à fait unique.

L’album a reçu très peu d’attention des stations de radio et de télévision, mais a obtenu le soutien du hip-hop underground de Los Angeles. Le 20 mai 1989, il a culminé à la 41ème place sur le Billboard 200, et est resté présent dans les charts pendant plus de 90 semaines. Le 15 février 1989, l’album a été certifié Or (500 000 ventes) par la Recording Industry Association of America, et le 1er juin 1989, il a été certifié Platine (1 000 000 ventes). Il a reçu sa certification de pointe par la RIAA de Double Platinum (2 000 000 ventes) le 1er septembre 1992. En 1989, il avait vendu plus de 650 000 exemplaires et au début de 1995, Eazy-Duz-It avait vendu 2,5 millions d’exemplaires.

Straight Outta Compton

Pochette de l'album "Straight Outta Compton"
Pochette de l’album « Straight Outta Compton »

Arabian Prince et The D.O.C. rejoignent le groupe N.W.A sur l’album Straight Outta Compton.

Sorti chez Priority Records et Ruthless Records le 8 août 1988, Straight Outta Compton détaille la vie dans les quartiers de Compton. Le groupe l’appelle le “Reality Rap”. Les sujets sont la brutalité policière, les gangs, le trafic de drogue et les femmes.

L’album a été vivement critiqué à cause de la violence et du sexisme par les conservateurs et une grande partie des adultes de la société. Les radios et même MTV les bannissent. 

Cependant, rien de comparable avec la controverse qui a entouré « Fuck tha Police ». La chanson parodie un procès criminel, dans lequel Ice Cube, MC Ren et Eazy-E témoignent contre le département de police devant un juge (joué par Dr Dre). Les paroles – et, en fait, les procureurs – critiquent vivement le département de police pour les délits de faciès, les arrestations arbitraires et la brutalisation des minorités. Dans leurs couplets, Ice Cube, MC Ren et Eazy-E menacent également les policiers; ces paroles ont fait l’objet de la plus grande controverse, bien que leur contenu alarmant ait été efficace pour susciter une conversation sur le racisme et la militarisation au sein des forces de police. La chanson est devenue de plus en plus pertinente quelques années plus tard à la suite du passage à tabac de Rodney King, et elle a continué à être utilisée comme une chanson de protestation jusque dans le 21e siècle.

Straight Outta Compton atteindra l’Or. 500 000 albums seront vendus le 13 avril 1989. Il atteindra la 9ème place du Billboard Top R&B/Hip-Hop Albums. Et la #37 place du Billboard 200. En juillet 1989, l’album sera certifié platine avec 1 million de copies vendues.

FBI

Peu après la sortie de l’album, le 1er août 1989,  le FBI envoie une lettre d’avertissement à Priority Records et à N.W.A concernant «Fuck tha Police». Elle est signée du directeur adjoint Milt Ahlerich. 

La lettre accuse les rappeurs de promouvoir « la violence et l’irrespect à l’encontre des forces de police ». Une aubaine pour le groupe qui à l’époque peinait sérieusement à se faire connaître (MTV ne jouait pas leurs clips, les radios ne diffusaient pas leurs morceaux). Priority Records va alors s’empresser de diffuser le document dans les médias tandis que NWA s’affuble du titre de « groupe le plus dangereux du monde » – même si légalement parlant, le bureau fédéral ne dispose d’aucune marge de manœuvre.

La lettre du FBI a stimulé les ventes d’albums, qui ont atteint 750 000 avant la tournée du groupe en 1989. L’album, qui comprend également le hit «Express Yourself», a finalement atteint le triple platine et est largement considéré comme l’un des albums hip-hop les plus influents de tous les temps.

The D.O.C – No One Can Do it Better

Le rappeur The D.O.C.
Le rappeur The D.O.C.

À l’adolescence, Curry commence le rap au sein du groupe Fila Fresh Crew, un groupe de hip-hop de Dallas dont il est originaire. Son blaze était alors Doc-T. En 1987, le groupe pose 4 titres sur la compilation N.W.A and the Posse.

Lorsque le groupe se sépare, Tracy Lynn Curry de son vrai nom déménage à Los Angeles et fréquente les membres de N.W.A et Ruthless Records. Il sera très proche de Dre.

En signant chez Ruthless il se rebaptise “The D.O.C.” pour Dallas Or Compton. The D.O.C. participe à l’écriture du second album de N.W.A Straight Outta Compton, au solo d’Eazy-E ainsi que le 1er album de Michel’le. 

En 1989, The D.O.C. sort son 1er album solo No One Can Do It Better. Il est entièrement produit par Dr Dre.

Ce sera un énorme succès. L’album est n°1 au Top R&B/Hip-Hop Albums pendant 2 semaines. Il atteint également le Top 20 au Billboard 200. 

Il sera certifié Or 3 mois après sa sortie puis platine en avril 1994. 

Malheureusement un accident de voiture aura raison de ses cordes vocales mettant un frein à la carrière de celui que son manager, Jerry Heller, considérait comme « un des meilleurs paroliers du Hip Hop ».

Michel’le – Michel’le

Michel’le est une chanteuse qui fait ses débuts en 1987 en qualité de vocaliste, sur le single Turn Off the Lights du World Class Wreckin’ Cru. 

Elle a la particularité d’avoir une voix enfantine, très aiguë, qui contraste avec sa manière de chanter. 

Pochette du 1er album de Michel’le

En 1989, elle signe un contrat chez Ruthless Records, le label d’Eazy E, et sort son premier album studio homonyme, entièrement produit par son petit ami de l’époque, Dr Dre. L’opus, qui contient les tubes “No More Lies”, “Nicety” et “Something in My Heart”, est certifié disque d’or par la Recording Industry Association of America (RIAA) le 25 avril 1990 avec plus d’un million de copies vendues.

Above the law

Above The Law
Above The Law

Lorsque Ice Cube quitte N.W.A en 1989, Eazy-E espère qu’une signature récente comblerait le vide: le groupe de gangsta-rap Above the Law. Originaires de Pomona, ils renvoient à peu près la même image dure que Ice Cube. 

Leur premier album, Livin’ Like Hustlers, sorti en 1990 et avant The Chronic de Dr Dre, est considéré par les puristes comme premier album G-Funk de l’histoire. Une controverse opposera plus tard Dre et le producteur Cold 187um qui l’accusait de lui avoir piqué le concept. 

Un autre différend éclate entre Ice Cube et Above the Law. Tout part d’une phrase d’Ice Cube qui a dit dans une interview que tout le son qui ne vient pas de  Compton ou South Central en Californie est de la merde.

La première bagarre entre eux se passe à Anaheim show. À la suite de cet incident, Ice  Cube engage Da Lench Mob pour sa protection. 

Le New Music Seminar de 1990 est marqué par un échange violent entre l’équipe de Ice Cube, Da Lench Mob et Above the Law d’Eazy-E. Les deux parties se sont affrontées dans ce que le magazine Spin a par la suite surnommé une « bagarre à éclater le visage et à jeter une table ». Le combat a eu lieu juste avant le panel de rap qui a conclu l’événement et a presque compromis la place du hip-hop au séminaire.

Le groupe signe tout de même quatre projets chez Ruthless, tous certifiés Or ou Platine. 

Vingt-cinq ans plus tard Dre et Cold 187um se retrouveront néanmoins sur la tracklist du projet Compton de Dr Dre pour boucler la boucle sur le titre Loose Cannons.

Départ d’Ice Cube de N.W.A.

En décembre 1989, un peu plus d’un an après la sortie de Straight Outta Compton, Ice Cube quitte le groupe à la suite d’ un conflit de redevances. Après avoir écrit de nombreuses paroles de l’album et joué sur plusieurs de ses chansons, Ice Cube a estimé qu’il n’était pas payé de manière appropriée pour ses contributions. Sa relation avec Heller, le manager du groupe, s’est rapidement aggravée au cours du différend, et Ice Cube est parti pour poursuivre une carrière solo, où il aurait, à plusieurs reprises, insulté Heller et les autres membres de N.W.A dans ses paroles. Le différend a été réglé à l’amiable en 1990.

La NWA, qui compte maintenant cinq membres (Eazy-E, Dr. Dre, DJ Yella, MC Ren et The DOC), sort l’EP 100 Miles and Runnin,  le 14 août 1990. L’EP comporte un certain nombre de références à Ice Cube, y compris le tag Benedict Arnold sur la chanson Real Niggaz. Pour finir, le groupe sort leur deuxième et dernier album studio, Efil4zaggin ( Niggaz4Life à l’envers). 

Sorti le 28 mai 1991, sous Ruthless Records et Priority Records, l’album n’a pas approché le succès de Straight Outta Compton. Il a cependant atteint le numéro un du Billboard 200 au cours de sa deuxième semaine, et sa production, réalisée principalement par le Dr Dre, est considérée comme un tournant décisif dans l’histoire du son hip-hop. 

Les pics adressés à Ice Cube sur cet album poussent celui-ci à intégrer quelques mois plus tard le titre clashant la NWA «No Vaseline» sur son deuxième album solo, Death Certificate. 

Départ de Dr Dre

Vers la fin des années 80 / début 90, Suge Knight, un grand gaillard d’1m90 et 120 kilos, ancien joueur de foot américain, est le garde du corps de D.O.C. Il rentre donc peu à peu en contact avec les membres de N.W.A. En voyant Ruthless Records de près, l’envie lui vient de créer son propre label. Dr Dre était devenu insatisfait de son contrat avec Ruthless Records au moment de la sortie de Efil4zaggin. Il déclare n’être payé que 20 000$ par album. Lorsque The D.O.C. et Dr Dre veulent quitter leur groupe ainsi que leur label, Suge leur propose de créer un nouveau label ensemble.

Le problème est que Dre est encore en contrat avec Ruthless. Dre l’aurait appelé pour un rendez-vous à lieu donné. Mais sur place, alors que Eazy-E est seul, il trouve Suge et plusieurs de ces gars armés de battes de baseball mais aucune trace de Dre. Suge menace alors Eazy-E que ses gars sont en route chez sa mère et qu’ils vont s’en prendre à elle s’il ne signe pas. Sous la contrainte, Eazy-E signe alors les documents libérant Dr Dre, The D.O.C. et Michel’le.

Dans ses mémoires, Jerry Heller confie qu’après cette histoire, Eazy-E est allé le voir pour le prévenir qu’il allait tuer Suge Knight. Heller arrive à l’en empêcher. 

La tension entre Suge Knight et Eazy-E était à son comble.

Mike Klein, ex-agent israélien embauché par Ruthless avait même fait courir le bruit à Suge que s’il s’approchait de Ruthless encore une fois il mourra découpé avec ses restes éparpillés dans tout L.A.

Début 1992, lui et The D.O.C. quitté N.W.A et Ruthless Records pour Death Row Records, mettant ainsi fin à N.W.A. Les membres restants (Eazy-E, MC Ren et DJ Yella) ont poursuivi une carrière solo, se joignant parfois pour collaborer sur de nouvelles musiques. (Assisté par DJ Yella, Eazy-E a connu le plus grand succès des trois). Pendant ce temps, le Dr Dre et Ice Cube avaient de la chance dans leur carrière solo, et bientôt le Dr Dre et Eazy-E ont commencé leur propre rivalité. 

Dans la même année, Ruthless Records attaque Death Row en justice pour racket. Dans le même temps, Interscope obtient les droits exclusifs de distribution des disques produits par le nouveau label de Suge Knight, Death Row. Jimmy Iovine, copropriétaire d’Interscope, écoute l’album The Chronic de Dr Dre et pense trouver là une pépite qui ferait remonter la pente de son label. Il le veut absolument. Iovine s’entend avec Eazy-E et Heller pour qu’à chaque production de Dr Dre au sein de Death Row, Ruthless récupère 10% de ses gains ainsi que 15% des gains tirés de ses disques sortis. L’attaque en justice est alors abandonnée.

Dr Dre sort ensuite “The Chronic” le 26 décembre 1992 dans lequel le second single “Fuck wit Dre Day (and Everybody’s Celebratin’)”, en featuring avec Snoop Dogg, est un clash adressé à Eazy-E. 

Un clip accompagne le single. Dans celui-ci, Eazy-E est parodié par l’acteur A.J. Johnson. Il est renommé Sleazy-E. Dans le clip, il est accompagné par un homme décrit comme un obèse producteur de disques de la maison « Useless Records » (basé sur le manager d’Eazy-E Jerry Heller et du label Ruthless Records). Dre et Snoop apparaissent dans le clip.

Eazy-E répondra par « Real Muthaphuckkin G’s » en août 1993. En featuring avec Dresta & B.G. Knocc Out, il sera accompagné également d’un clip. La vidéo reprend exactement où celui de Dre s’est arrêté et avec le même acteur qui jouait « Sleazy-E », A.J. Johnson. Il se fait courser par le vrai Eazy-E et son équipe. Dans le son Eazy-E traite Dre et Ice Cube de voyous de studio et Snoop Dogg d’anorexique.

Les deux sons seront des succès. En plus, dû à l’accord qu’a passé Ruthless avec Death Row, à chaque fois que Dr Dre clash Eazy-E, ce dernier gagne de l’argent sur son dos comme avec le morceau Dre Day. D’où la punchline « Dre day is only Eazy payday ».

Bone Thugs N Harmony

Formé en 1993 à Cleveland dans l’Ohio,  le groupe est originellement appelé The Band-Aid Boys. Ils forment ensuite B.O.N.E. Enterpri$e qui se compose de cinq membres : Krayzie Bone, Layzie Bone, Bizzy Bone, Wish Bone et plus tard Flesh-n-Bone, et enregistrent un album intitulé Faces of Death dans le studio de leur ancien mentor, Kermit Henderson (le frère cadet de Krayzie Bone) sur son label indépendant Stoney Burke en 1993. 

Le groupe Bone-Thugs-N-Harmony
Le groupe Bone-Thugs-N-Harmony

Le 2 novembre 1993, le groupe passe une audition pour Eazy-E. Krayzie joue son verset du titre Flow Motion issu de l’album Faces of Death, qui impressionnera Eazy. À ce moment, Eazy les nomme Thugs-n-Harmony, mais souhaitant conserver le nom de Bone, le groupe opte pour Bone Thugs-N-Harmony. Eazy signe le groupe (minus Flesh-n-Bone) à son label Ruthless Records.

Eazy-E s’est grandement investi dans l’EP des Bone Thugs-n-Harmony : Creepin’ On Ah Come Up. Il produit l’intro, coproduit “Foe Tha Love Of $” avec DJ Yella et apparaît sur 3 sons. Avec des singles comme Thuggish Ruggish Bone et Foe Tha Love Of $ il finira 4 fois Platine. Treize mois plus tard, sort E. 1999 Eternal leur 1er album long format chez Ruthless. Il sera n°1 et s’écoule à plus de 4 millions d’unités aux US et 10 millions dans le monde.  Mais Eazy ne verra pas ce succès car il meurt 4 mois avant la sortie de l’album.  Le single Tha Crossroads, hommage à Eazy-E, aidera à porter l’album.

Mort de Eazy-E

En 1995, Eazy-E est admis au centre médical Cedars-Sinai Medical Center à cause d’une forte toux. Il y sera diagnostiqué avec le SIDA. Son avocat fait une déclaration publique assez rapidement.

À partir de là, sa maladie se développera de manière fulgurante. Une vitesse qui n’est pas commune aux malades du SIDA.

Alors qu’il était dans un état critique au Centre médical Cedars-Sinai, lui et sa petite amie de longue date Tomica Woods – qui était enceinte du deuxième des enfants d’Eazy-E ensemble – se sont mariés vers 21 h 30. le 14 mars entouré de sa famille proche.

Au moment de l’annonce du rappeur, Woods et l’enfant d’Eazy-E, nés un an plus tôt, avaient été testés négatifs pour le VIH et le SIDA. Dans la déclaration préparée qui a été lue par Ron Sweeney, Eazy-E a reconnu qu’il avait mené un style de vie plein de débauche. Et qu’avant Tomica, six femmes différentes étaient devenues mères de sept des enfants d’Eazy-E. «J’avais d’autres femmes», a-t-il admis. « Peut-être que le succès était trop bon pour moi. »

Apprenant la nouvelle, Dr Dre visite Eazy-E et se réconcilie. 

Seulement un mois après l’annonce de sa maladie, Eazy-E meurt le 26 mars 1995. 

Plus de 3 000 personnes assistent à ses funérailles, y compris d’anciens membres de la NWA. Il est enterré dans un cercueil en or et portait sa tenue vestimentaire à l’époque où il était à Compton. 

Environ 10 mois après sa mort, son dernier album intitulé Str8 off tha Streetz of Muthaphukkin Compton sort.

Le maire de Compton de l’époque, Omar Bradley, déclare le 7 avril comme étant le «Eazy-E Day» : 

«Éric a rendu Compton célèbre non seulement en Californie, mais partout dans le monde. Je reconnais Eazy comme un jeune homme qui a grandi dans les rues de Compton – et frères et sœurs, nous savons que ce n’est pas «facile» de grandir à Compton. »

Selon son fils, il valait environ 50 millions de dollars au moment de sa mort.

III – De nos jours

Eazy-E avait une vraie vision business. Il a créé une machine à cash qui générait jusqu’à 10 millions de dollars par mois avec seulement 6 employés.

Businessman, rappeur, inventeur de concepts… Eazy-E était également un dénicheur hors pair de nouveaux talents. On lui doit les premiers pas dans l’industrie musicale de Will.i.am des Black Eyed Peas, du groupe Above The Law ou encore des Bone Thugs-n-Harmony.

Aussi, Priority Records estimait que 80% des ventes de Straight Outta Compton provenaient des quartiers des classes moyennes et aisées, et non pas des ghettos.

Dr Dre et Ice Cube ont continué à faire de la musique bonne musique au XXIe siècle, établissant leurs propres légendes en tant que figures du hip-hop, mais N.W.A marquera très fortement la culture du hip-hop et de l’industrie musicale aux États-Unis par sa force de frappe venue des ghettos de Compton. 

En 2015, un biopic sur le groupe, Straight Outta Compton, a été publié dans les théâtres pour réchauffer la réception commerciale et critique. L’année suivante, N.W.A a été intronisé au Rock and Roll Hall of Fame.

IV – Artistes signés

N.W.A.

Mc Ren

J.J. Fad

Dr Dre

Eazy-E

MC Ren

The D.O.C.

Michel’le

Bone Thugs-n-Harmony

Yomo & Maulkie

Kokane

Jimmie Z

Above The Law

Penthouse Players Clique

Atban Klann

H.W.A.

Menajahtwa

Blood of Abraham

Rhythum D

Krayzie Bone

Bizzy Bone

Wish Bone

DJ U-Neek

Brownside

Kid Frost

Stevie Stone

Hopsin

Tairre B première rappeuse blanche. Murder she wrotes.

V – Hits & Classiques du label

Boyz-n-the-Hood – Easy-E (1987)

We Want Easy – Easy-E (1988)

Fuck tha Police – N.W.A. (1988)

Supersonic – J.J. Fad (1988)

I Ain’t No Lady – H.W.A. (1988)

Something in My Heart -Michel’le (1989)

No More Lies – Michel’le (1989)

Real Muthaphuckkin G’s – Easy-E (1993)

Black Superman – Above The Law (1994)

La La La – Menajahtwa (1994)

Thuggish Ruggish Bone – Bone Thug N Harmony (1994)

VI – Aller plus loin

https://en.wikipedia.org/wiki/Ruthless_Records

L’histoire de Ruthless Records raconté dans le Sinixta Corner #1

Macola Records: An Oral History

https://www.forbes.com/sites/benwesthoff/2016/09/07/jerry-heller-nwa/#472ae91f5176

Icons of Hip Hop [2 volumes]: An Encyclopedia of the Movement, Music, and Culture (Greenwood Icons)

NWA | American hip-hop group

No One Can Do It Better

Fila Fresh Crew

The Truth Behind Ice Cube’s Legendary Brawl With Above the Law

World Class Wreckin Cru ft. Dr. Dre – Surgery (dJ dAb Overdub) 1984 Live Performance

Bone Thugs-n-Harmony Erased Eazy-E Verse From E 1999 Eternal

The Conspiracy Behind the Death of Eazy-E

Lil Eazy-E Discusses Not Being Chosen to Play His Father in NWA Biopic

Dre Day by Dr. Dre ft. Snoop Dogg | Interscope

Eazy-E – Real Muthaphuckkin G’s (Dirty) (Official Video) HD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s